.NET tout court.

.NET Framework ? Mono ? Xamarin ? .NET Core? ML.NET ? Blazor ? …

.NET est la pile de développement de Microsoft. Il comprend :

  • Un ou plusieurs moteurs d’exécution (CLR, CoreCLR, CoreRT…)
  • Des compilateurs (Roslyn, RyuJIT…),
  • De nombreuses bibliothèques de classes (BCL, CoreFX…)
  • Des canevas et outils logiciels multiples pour le développement RAD d’applications (ASP.NET, Windows Forms, et WPF…).

Au lancement en 2002, l’initiative .NET proposait une solution pour développer des applications d’entreprise robustes et distribuées. Microsoft cherchait à renforcer son positionnement sur un marché tiré par la bulle Internet en pleine expansion, dominé alors par le middleware Java EE de Sun Microsystems. Le .NET Framework, appellation d’origine, offrait un cadre dont le nombre et la complexité des artefacts pouvait être sous contrôle pour un développeur adepte de ce canevas. Mais avec le temps, sous les poussées technologiques observées, son écosystème a beaucoup grandi. Ainsi les outils et bibliothèques supports à la programmation de mobiles et objets connectés, d’intelligence artificielle, de big data et systèmes réactifs notamment ont été rajoutés. Sans compter la poussée d’une forte demande d’ouverture vers des systèmes autres que Windows qui a motivé des développements sur mesure, Mono, pour le système Linux e.g.  Des problèmes difficiles de compatibilité et de portabilité naquirent. Les solutions apportées pour certains de ces problèmes, sont réputées difficiles à mettre en œuvre et pour d’autres, de simples «rustines». Un big-bang logiciel était nécessaire et annoncé en 2014 par la firme de Redmond. Ce fut .NET Core 1.0 qui naquit 2 ans plus tard. L’objectif, à l’horizon 2020, était de réunifier toutes les branches de développement autour du .NET framework classique. Les systèmes d’exploitation ciblés seraient Windows, Linux, macOS, iOS, Android, tvOS, watchOS, WebAssembly etc. La réécriture des bibliothèques de classe et leur optimisation, la mise au point de compilateurs d’efficacité accrue figure dans le plan de refonte globale.  Last but not least, Microsoft crée une fondation .NET open-source et la communauté de développeurs était invitée à collaborer à la naissance du .NET (ré-)unifié.

Dans cette série d’articles, nous décrivons tour-à-tour :

  • .NET Framework, la plateforme avant la naissance de .NET Core,
  • Certains casse-têtes freins à son utilisation, posés au développeur sur cette plateforme et les solutions proposées en restant dans son contexte,
  • L’avènement de .NET Core avec les avancées apportées, la fin des casse-têtes évoqués ci-dessus,
  • Enfin nous terminerons par un bilan sur l’attractivité actuelle et future de la plateforme devenue open-source, universelle et supportant des technologies phares. Elle rallie à présent 7-8 millions de développeurs selon certaines sources.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 ⁄ 10 =